Mar 9, 2012
Christophe Lauer

Cinq exemplaires du fameux guide Internet Marketing de l’EBG à gagner !

Je vous propose via l’EBG de vous faire gagner un des cinq exemplaires du Guide EBG Internet Marketing 2012. C’est un petit quizz facile… Allez-y :)

Comment ? Vous ne connaissez pas encore le guide Internet Marketing de l’EBG ? Vous n’en avez jamais eu un exemplaire en main ? Vous n’avez jamais assisté à une de ses soirées de lancement ?

Bon, on se pose, prenez cinq minutes : j’ai des choses à vous dire…

C’est devenu un rituel dans le petit monde de la comm, du web marketing et du ebusiness : chaque année l’EBG édite la nouvelle mouture de celui que les afficionados surnomment le “petit livre rouge” du web marketing, et organisent une grande soirée de networking entre professionnels agences + annonceurs pour l’occasion. Incontournable.

L’EBG, c’est une vraie communauté qui regroupe plus de 500 entreprises, dont la majorité des entreprises du SBF 120 (excusez du peu!) et organise plus de 120 conférences par an, dont les emblématiques “What’s Hot”, et des évènements de tout premier ordre comme son Assemblée Générale annuelle, ou des diners de networking avec le “Diner EBG 500″ qui regroupe 500 convives. Vous devriez déjà avoir cliqué sur “Like” sur la page Facebook de l’EBG pour vous assurer d’être tenu au courant des actus et events à venir. Petit conseil gratuit en passant :)

L’EBG c’est aussi une équipe très dynamique de passionnés. C’est toujours agréable de travailler avec eux :) Alors “Haterz gonna hate” peut-être mais je m’en fiche, c’est sincèrement ce que je pense.

Pourquoi est-ce que je vous parle du petit livre rouge Internet Marketing 2012 ?

Parce qu’au delà de toute promo facile par copinage ou opportunisme, c’est un guide que je m’achète chaque année (sur note de frais, j’avoue !) et que j’ai toujours du plaisir à lire et à parcourir : sur plus de 300 pages le contenu alterne entre des articles de fond, de la théorie, et plus d’un cinquantaines de campagnes digitales décortiquées en détail, façon Case Study.

Cinq exemplaires à gagner !

Via Willy Braun – dont je me suis laissé dire qu’il serait au manettes pour le chantier de l’édition 2013 du guide – je vous propose de participer à un petit jeu facile qui vous permettra à cinq d’entre vous de gagner un exemplaire de ce guide qui est vendu par ailleurs au prix unique et forfaitaire de 59€. Prix d’amis :)

Il y a bien 5 exemplaires à gagner rien que pour vous, mes fidèles lecteurs de ce blog… Ca me permettra aussi de vérifier si vous êtes plus de 5 ou pas :)

A vous de jouer :)

Mar 6, 2012
Christophe Lauer

DO’s and DON’Ts of Social Analytics – Conference material

This morning in Paris was our event “Social Media Analytics”, with our partners from comScore and Adobe.

Here is my presentation about the Do’s and Don’ts of Social Analytics. This is the director’s cut version, along with the comments. You can download the PDF version.


Mar 1, 2012
Christophe Lauer

When Facebook advertises the new Pages, in a Google ads style

Strike Anywhere and Facebook have created this video to advertise the new Facebook Pages for businesses that now adopt the Timeline, just like an ordinary profile.

Do you also think it looks like a Google TV ad? :)

Facebook Pages from Strike Anywhere on Vimeo.

Feb 27, 2012
Christophe Lauer

Why I was – probably – wrong about Pinterest and why I believe it’s here to stay

[Lire la version Française de ce billet]

I think that I have read almost all that was available to read about Pinterest during the last weeks, trying to understand where all this buzz came from. And surprisingly, here’s what I found…

The online service is currently at the top of it’s hype, and we can hardly keep count of the articles, posts and presentations about Pinterest that keep blooming here and there.

I suppose that you must have seen those articles highlighting the exponential explosion in the traffic and users of Pinterest in the US, and by the way these numbers were confirmed by comScore, though this trend doesn’t seem to have reached the brave old Europe yet.

[Disclaimer: This text is not a machine translation. I'm not an English native guy, so please pardon me if if's odd sometimes. But if you can read French, you'll probably prefer to read the French version here]

Pinterest for Businesses. Oh, really?

But it’s really when I saw a series of presentations about “Pinterest for businesses” that I really started to wonder and to scratch my head.

If you haven’t seen those presentations, I suggest that you have a look. The first one is from Emmanuel Vivier (in French), there is another one also in French from Gregory Pouy and finally there’s one in English published by the guys from the “6S Marketing” agency..

Just a fad?

My first intuitive reaction, and I guess I wasn’t the only one (article in French, sorry), was to consider that all this buzz about Pinterest would be just another fad, after the previous episodes with companies like Quora, Empire Avenue, etc. and that the service would probably be forgotten after 3 or 6 months.

To keep it short, and not to dive too much into the details, here are some of the reasons why I still doubt that there could be clear business opportunities for business in Pinterest in the current situation:

  • - Please remind me which need the service is supposed to address? OK, I know that the same could have been said about twitter like four years ago
  • - None of it’s feature are not already offered by other existing services – and sometimes well established ones
  • - From “pin” to “repin”, the original links to the brands sites or commerce sites are lost, and bring no value to businesses
  • - No possibility to insert Google Analytics markers in Pinterest, which is not the case in tumblr
  • - Very simple, or simplistic text formatting, especially for the text below the pictures which is just plain text with no formatting possibilities
  • - The user interface is English only as of today (please remember that I work mostly for French clients)
  • - It seems to be the latest Silicon Valley’s pet or toy, and “we” will probably quickly move on to something else
  • - etc. etc. and I could mention more of those

Who are all those users, really?

And so, I’ve spent some time to go beyond the raw numbers and the cool inforgraphics trying to understand what makes that some many people seem to spend so much time on a service in which I see almost no value at first feel. One first element that is widely mentioned and repeated is that the audience of PInterest is in it’s vast majority made of women. as you can see in this infographic published on SimplyZesty.

And then, I had the idea to peek and poke into Google Correlate, and here is what I found. It’s not rocket science, it’s worth what it is – and we all know from how some correlations can be awkward and funny – but it’s a point of view that I haven’t seen anywhere else and I think it’s interesting.

This is it: the audience for Pinterest looks very different from the other startups, if you trust the data from Google Correlate. Google Correlate sketches a picture of an audience that spans in a region between the Southern and Midwest region of the US: Arkansas, Oklahoma, Mississippi, Tennessee, Alabama, and add the Utah to the list.

This is interesting since I haven’t been able to find a similar pattern for any of the recently buzz-worthy startups. Most of those have audiences that are located – according to Google Correlate – in the West coast and East coast, but much lower in the states from the Southern and Midwest regions. This is very unique to Pinterest. Just have a look by yourself:

Google Correlate about Pinterest

You can check by yourself the graphics below from Google Correlate on the following search terms: Quora, Instagram, Storify, Startup and TechCrunch.

Hint: Click on the graphics to visit the Google Correlate result page and explore the results and correlations by yourself. Scroll down the page to see the graphics with the US states.





What Google Correlate tells us about Pinterest

Here’s one other interesting aspect of the story that Google Correlate tells us: there are interesting correlations with other search terms that are quite meaningful.. The service lists correlations with the following terms:

- nursery ideas
- devotionals
- valentine gift ideas
- boy birthday party
- reasons to divorce (sic!?)

Since I hate to waste an occasion to make a (bad) joke, let me just say this: Guys, given the strong correlation between “Pinterest” and “reasons to divorce”, if your wife get very passionate about Pinterest I would suggest that you do something and take care of the situation ;)

Also, you can give a try to the following terms and check the correlations: “mortgage”, “refinance”, “debt”, “unemployment”, “homework”, “housekeeping”. Do you begin to see the pattern?

Final word

My personal conclusion, that I share with you here, it that the buzz about Pinterest wasn’t probably started by an article from TechCrunch or a post from Robert Scoble. I think that Pinterest had found it’s audience. Or rather I’d should say it the other way roud: the audience has found the service that fullfils one of it’s needs and that it has adopted, beyond all mode effects from the usual early adopters and experts from the Silicon Valley.

Hence, I’m less convinced that this service will follow the same schema as Quora, Empire Avenue or the likes and be forgotten in 3 or 6 months from now. It’s now quite clear to me that the simplicity and the clarity in the user interface have resonated to an audience for whom a simple tumblr was already overkill and too complicated.

Though, I keep thinking that it’s still way too early to imagine any effective use case for a brand in France or in Europe. Not all brands are equal in Pinterest anyway: It seems to make sense for businesses like Etsy or for brand that are advertising in Womens magazines, or brand like Whole Foods Market, but I’m much more skeptical about Easyjet or tech brands, as explained in this TechCrunch article.

To be continued…

Feb 27, 2012
Christophe Lauer

Comment je me suis – sans doute – trompé au sujet de Pinterest et pourquoi le service sera encore là dans six mois

[Read the English version of this post]

Je pense avoir à peu près lu tout ce qui pouvait être lu au sujet de Pinterest ces dernières semaines. Le service est au sommet du hype et on ne compte plus les articles et présentations qui lui sont consacrés.

Nous avons tous vu passer les articles qui soulignent l’explosion carrément exponentielle du nombre de membres et de l’utilisation du service aux USA, chiffres confirmés dernièrement par comScore, même si ce phénomène ne semble pas encore être arrivé dans la vieille Europe.

Pinterest for Businesses. Really?

Mais c’est quand j’ai commencé à voir apparaître plusieurs présentations vendant les avantages et les opportunités d’utiliser Pinterest dans un contexte de business que j’ai commencé plus sérieusement à m’interroger. Si vous ne les avez pas vues encore, je vous invite à consulter les trois présentations “Pinterest for Businesses” dont la première est de Emmanuel Vivier, une autre par Gregory Pouy et enfin une dernière en Anglais par l’agence 6S Marketing.

Juste une mode ?

Ma première réaction, comme beaucoup je suppose, a été de considérer que cette phase de surmédiatisation de Pinterest était sans doute un effet de mode et qu’à l’instar de Quora, ce service allait sans doute disparaitre dans les 3 ou 6 prochains mois.

Sans trop entrer dans les détails, et pour faire court, voici les principales raisons pour lesquelles je doute des opportunités business de Pinterest dans l’état actuel des choses :

  • - Rappelez-moi à quel besoin correspond ce service ? OK, même si la même question pouvait être posée sur twitter il y a quatre ans de ça
  • - Aucune fonctionnalité qui ne soit pas déjà offerte par d’autres services, tumblr ou autres
  • - De “pin” en “repin” les liens initiaux vers les sites des marques et les sites marchands sont perdus
  • - Contrairement à tumblr, aucun moyen d’insérer des marqueurs Google Analytics
  • - Un format très simple, voire simpliste, en particulier dans le texte accompagnant un “pin”. Pur texte au kilomètre sans mise en forme
  • - L’interface utilisateur n’est pour l’instant que en Anglais
  • - C’est le dernier jouet chouchou de la Silicon Valley, et comme pour Quora ou Path, “on” passera rapidement à autre chose
  • - etc. on pourrait en lister encore beaucoup d’autres

Qui sont les utilisateurs ?

Et donc j’ai cherché à comprendre d’où venait cet engouement, et quel était le point de départ. J’ai aussi cherché à comprendre qui y fait quoi et comment autant de personnes peuvent passer autant de temps dans ce service. Le première donnée qui ressort de la majorité des articles c’est que l’audience de PInterest est très majoritairement féminine comme on peut aussi le voir sur cette infographie.

Et puis j’ai eu l’idée de fouiller un peu dans Google Correlate, et voilà ce que j’y ai trouvé. Ca vaut ce que ça vaut – et on sait via combien certaines corrélations peuvent être farfelues – mais c’est un point de vue sur Pinterest que je n’ai vu dans aucun article et je pense qu’il est assez intéressant.

De façon complètement atypique, l’audience de Pinterest en Amérique du Nord est située principalement dans les états du centre, à cheval entre les région du Sud et du Midwest: Arkansas, Oklahoma, Mississippi, Tennessee, Alabama, et également l’Utah plus à l’ouest.

Ce schéma est particulièrement intéressant car je n’ai trouvé aucune autre startup ayant une répartition comparable : la quasi totalité des autres ont – toujours selon Google Correlate – des audiences réparties sur les états des côtes Ouest et Est mais assez faibles dans les états du centre.


Hint: Cliquez sur les visuels pour aller explorer les résultats de Google Correlate par vous-même. Scrollez en bas de page pour voir les graphiques avec le mapping sur les états US, en dessous de la liste des mots clé de recherche.

Vous pouvez le voir par vous même ci-dessous avec les résultats de recherche sur Quora, Instagram, Storify, etc. Ces régions sont d’ailleurs les mêmes que celles qui ressortent de Google Correlate sur les termes “startup” ou TechCrunch.





Ce que Google Correlate nous dit sur Pinterest

Autre chose intéressante que nous raconte Google Correlate, c’est justement les corrélations sur les autres termes et recherches dans le moteur. On y voit ainsi des corrélations avec :

- nursery ideas
- devotionals
- valentine gift ideas
- boy birthday party
- reasons to divorce (sic!?)

Pour ne pas louper un bon mot au sujet de la corrélation avec “reasons to divorce” : messieurs, si votre chère et tendre est fan de Pinterest et y passe beaucoup de temps, peut être devriez vous vous interroger… ;)

Ensuite, vous pouvez aussi faire des recherches sur les termes tels que “mortgage”, “refinance”, “debt”, “unemployment”, “homework”, “housekeeping” et vous verrez alors peut être apparaitre un pattern :)

Le mot de la fin

A la lumière de ceci, je pense que contrairement à d’autres startups qui ont connu la gloire via un billet sur TechCrunch ou à un flood par Robert Scoble, on dirait plutôt ici que Pinterest a trouvé son audience. Ou plus exactement on dirait que l’audience de Pinterest a trouvé l’outil dont elle s’est emparée et qu’elle a adopté au delà de tout effet de mode induit par les spécialistes et autres early adopters habituels de la Silicon Valley.

Du coup, je ne suis plus aussi convaincu que Pinterest aura disparu dans 3 ou 6 mois et que son audience et son succès ne sont qu’un bref phénomène de mode. Il me parait clair à présent que son interface et ses fonctionnalités hyper simples ont fait mouche et ont su séduire une audience qui n’aurait pas nécessairement pris le temps ou fait l’effort de se plonger dans tumblr, ou d’autres services similaires.

Pour autant, il n’en reste pas moins que pour le moment l’audience en France reste encore faible et que toutes les marques ou tous les secteurs ne sont pas égaux face à Pinterest. Si ça semble avoir beaucoup de sens pour Etsy ou des marques qui sont des annonceurs habituels des magazines féminins, ou dans une certaine mesure pour Whole Foods Market, j’y crois moins pour Easyjet ou des marques technologiques.

A suivre…


A propos

A propos : Consultant solutions sur le Marketing Cloud chez Adobe, région Southwest Europe.
Ex-Microsoftee de 2001 à 2011.
Je vis entre Paris et New-York entre Paris et deux avions, et ceci est mon blog personnel.
"Opinions are mine. Best viewed with a brain. Yada yada ..."

More about me...