Mixtape Bon Entendeur feat. Frédéric Beigbeder

J’ai découvert Bon Entendeur récemment au gré des diffusions en radio de leur titre “Le temps est bon”, et c’est un sacré bon petit morceau de son. J’ai cherché à en savoir plus et je n’ai pas été déçu…

C’est un collectif de trois DJ Français qui s’est formé en 2012, nous apprend Wikipédia. Pour ma part, j’ai découvert Bon Entendeur récemment au gré des diffusions en radio de leur titre “Le temps est bon“, et c’est un sacré bon petit morceau de son.

J’ai cherché à en savoir plus sur eux, et je n’ai pas été déçu : ils proposent chaque mois une mixtape d’inspiration hip-hop / disco / funk mais leur particularité c’est d’embarquer des extraits vocaux d’interviews de personnalités politiques Françaises ou du show-biz avec pour objectif de faire rayonner la culture Française.

Je trouve ces mixtapes toutes très bonnes. Je vous signale entre autres celles de Simone Veil ; Jacques Chirac ; Charles Aznavour ; Alexandre Astier ou bien encore Catherine Deneuve.

Mais j’ai choisi de vous en partager une ici directement, pour ses paroles qui font très plaisir : c’est celle featuring Frédéric Beigbeder. Ça parle de l’époque, ça parle d’être dans la cinquantaine, alors on va dire que ça me parle tout simplement.

Mais vous jugerez par vous même :)

Paroles

Bonjour c’est Frédéric Beigbeder
Vous entendez Bon Entendeur

J’ai l’impression que le changement a eu lieu en une nuit
Soudain tous mes potes destroy des années 80
Ne jurent plus que par la nourriture bio
Le veganisme et les randonnées à vélo
Nous évitons les oxydations de toutes sortes
Nous sommes flipés en permanence
Nous arrêtons de fumer et de boire
Nous nous mettons à l’abri du soleil
Nous protégeons nos derniers instants
Ma génération est passée en un clin d’œil de l’inconséquence à la paranoïa

Ma vies s’est amenuisée
Je mets trois jours à récupérer après une soirée tequila
J’ai atteint l’âge où l’on a peur de se droguer
On sniffe des pointes à la place des poutres d’antan
On boit des verres de jus de pomme avec des glaçons
Pour faire croire que c’est du whisky
Dès qu’on veut surfer sur la mer on chope une double otite
Si on m’avait dit qu’un jour j’attacherai ma ceinture de sécurité à l’arrière des taxis
C’est aussi cela les joies de la cinquantaine

Bonjour c’est Frédérique Beigbeder
Vous entendez Bon Entendeur

Paroles de la chanson Entrevue Expérience par Bon Entendeur

Pour en finir avec le sujet des DMP

AdExchanger publie ce matin un article assez documenté confirmant que les direction marketing font machine arrière et abandonnent leurs projets de DMP, faute de résultats probants en contraste avec les attentes élevées.

AdExchanger publie ce matin un article assez documenté confirmant que les direction marketing font machine arrière et abandonnent leurs projets de DMP, faute de résultats probants en contraste avec les attentes élevées.

L’article intitulé “Oversold And Overpromised: Marketers Move Away From DMPs” met en avant les principales limitations des DMP sur les trois dernières années, et on y retrouve les 3 principales critiques formulées dans mon billet “Do you really need a DMP in 2018?” [publié en janvier 2018].

Quel est le problème ?

En synthèse, il s’agit de :

  • la fin du “far west” autour des données 3rd party, une des principales valeurs des DMP, pour cause de renforcement ds législations autour de la Privacy (GDPR et consorts)
  • la fin de l’ère du tout cookie, dans un monde devenant “mobile first” voire “mobile only”, les promesses non tenues des ID cross-device, leurs match-rates catastrophiques
  • le disconnect entre les DMP et le reste de la chaine programmatique, en particulier au niveau des contenus, campagnes, copys, etc. Les DMPs s’occupent des ciblages et uniquement des ciblages

Mais en plus, viennent quelques griefs plus spécifiques liés non pas aux produits par eux mêmes mais aux équipes des éditeurs qui sont moins facile à joindre en après-vente pour les phases d’implémentation, que pendant l’avant-vente. Bizarrement.

Alors que faire ?

Comme je l’ai déjà écrit ici, ceci devrait être un wake-up call pas seulement au sujet des DMPs mais plus largement concernant tout le programmatique.

Une bonne stratégie serait de concentrer ses efforts sur les actions relationnelles, basées sur un CRM up-to-date, offrant des possibilités de filtrage et de ciblage, manipulant uniquement des données 1st Party et en full opt-in, et en ayant le soucis de servir et d’informer les prospects et clients, au lieu de maximiser des CTR.

Human, after all. Let’s move on :)