Comment je me suis – sans doute – trompé au sujet de Pinterest et pourquoi le service sera encore là dans six mois

Je pense avoir à peu près lu tout ce qui pouvait être lu au sujet de Pinterest ces dernières semaines. Le service est au sommet du hype et on ne compte plus les articles et présentations qui lui sont consacrés. J’ai cherché à comprendre pourquoi un tel succès, et quels en sont les usages. Voilà ce que j’ai trouvé. Et du coup je suis à présent moins convaincu que ce succès ne sera qu’un effet de mode…

[Read the English version of this post]

Je pense avoir à peu près lu tout ce qui pouvait être lu au sujet de Pinterest ces dernières semaines. Le service est au sommet du hype et on ne compte plus les articles et présentations qui lui sont consacrés.

Nous avons tous vu passer les articles qui soulignent l’explosion carrément exponentielle du nombre de membres et de l’utilisation du service aux USA, chiffres confirmés dernièrement par comScore, même si ce phénomène ne semble pas encore être arrivé dans la vieille Europe.

Pinterest for Businesses. Really?

Mais c’est quand j’ai commencé à voir apparaître plusieurs présentations vendant les avantages et les opportunités d’utiliser Pinterest dans un contexte de business que j’ai commencé plus sérieusement à m’interroger. Si vous ne les avez pas vues encore, je vous invite à consulter les trois présentations « Pinterest for Businesses » dont la première est de Emmanuel Vivier, une autre par Gregory Pouy et enfin une dernière en Anglais par l’agence 6S Marketing.

Juste une mode ?

Ma première réaction, comme beaucoup je suppose, a été de considérer que cette phase de surmédiatisation de Pinterest était sans doute un effet de mode et qu’à l’instar de Quora, ce service allait sans doute disparaitre dans les 3 ou 6 prochains mois.

Sans trop entrer dans les détails, et pour faire court, voici les principales raisons pour lesquelles je doute des opportunités business de Pinterest dans l’état actuel des choses :

  • – Rappelez-moi à quel besoin correspond ce service ? OK, même si la même question pouvait être posée sur twitter il y a quatre ans de ça
  • – Aucune fonctionnalité qui ne soit pas déjà offerte par d’autres services, tumblr ou autres
  • – De « pin » en « repin » les liens initiaux vers les sites des marques et les sites marchands sont perdus
  • – Contrairement à tumblr, aucun moyen d’insérer des marqueurs Google Analytics
  • – Un format très simple, voire simpliste, en particulier dans le texte accompagnant un « pin ». Pur texte au kilomètre sans mise en forme
  • – L’interface utilisateur n’est pour l’instant que en Anglais
  • – C’est le dernier jouet chouchou de la Silicon Valley, et comme pour Quora ou Path, « on » passera rapidement à autre chose
  • – etc. on pourrait en lister encore beaucoup d’autres

Qui sont les utilisateurs ?

Et donc j’ai cherché à comprendre d’où venait cet engouement, et quel était le point de départ. J’ai aussi cherché à comprendre qui y fait quoi et comment autant de personnes peuvent passer autant de temps dans ce service. Le première donnée qui ressort de la majorité des articles c’est que l’audience de PInterest est très majoritairement féminine comme on peut aussi le voir sur cette infographie.

Et puis j’ai eu l’idée de fouiller un peu dans Google Correlate, et voilà ce que j’y ai trouvé. Ca vaut ce que ça vaut – et on sait via correlated.org combien certaines corrélations peuvent être farfelues – mais c’est un point de vue sur Pinterest que je n’ai vu dans aucun article et je pense qu’il est assez intéressant.

De façon complètement atypique, l’audience de Pinterest en Amérique du Nord est située principalement dans les états du centre, à cheval entre les région du Sud et du Midwest: Arkansas, Oklahoma, Mississippi, Tennessee, Alabama, et également l’Utah plus à l’ouest.

Ce schéma est particulièrement intéressant car je n’ai trouvé aucune autre startup ayant une répartition comparable : la quasi totalité des autres ont – toujours selon Google Correlate – des audiences réparties sur les états des côtes Ouest et Est mais assez faibles dans les états du centre.

Pinterest

Hint: Cliquez sur les visuels pour aller explorer les résultats de Google Correlate par vous-même. Scrollez en bas de page pour voir les graphiques avec le mapping sur les états US, en dessous de la liste des mots clé de recherche.

Vous pouvez le voir par vous même ci-dessous avec les résultats de recherche sur Quora, Instagram, Storify, etc. Ces régions sont d’ailleurs les mêmes que celles qui ressortent de Google Correlate sur les termes « startup » ou TechCrunch.

Quora

Instagram

Storify

TechCrunch

Ce que Google Correlate nous dit sur Pinterest

Autre chose intéressante que nous raconte Google Correlate, c’est justement les corrélations sur les autres termes et recherches dans le moteur. On y voit ainsi des corrélations avec :

– nursery ideas
– devotionals
– valentine gift ideas
– boy birthday party
– reasons to divorce (sic!?)

Pour ne pas louper un bon mot au sujet de la corrélation avec « reasons to divorce » : messieurs, si votre chère et tendre est fan de Pinterest et y passe beaucoup de temps, peut être devriez vous vous interroger… ;)

Ensuite, vous pouvez aussi faire des recherches sur les termes tels que « mortgage », « refinance », « debt », « unemployment », « homework », « housekeeping » et vous verrez alors peut être apparaitre un pattern :)

Le mot de la fin

A la lumière de ceci, je pense que contrairement à d’autres startups qui ont connu la gloire via un billet sur TechCrunch ou à un flood par Robert Scoble, on dirait plutôt ici que Pinterest a trouvé son audience. Ou plus exactement on dirait que l’audience de Pinterest a trouvé l’outil dont elle s’est emparée et qu’elle a adopté au delà de tout effet de mode induit par les spécialistes et autres early adopters habituels de la Silicon Valley.

Du coup, je ne suis plus aussi convaincu que Pinterest aura disparu dans 3 ou 6 mois et que son audience et son succès ne sont qu’un bref phénomène de mode. Il me parait clair à présent que son interface et ses fonctionnalités hyper simples ont fait mouche et ont su séduire une audience qui n’aurait pas nécessairement pris le temps ou fait l’effort de se plonger dans tumblr, ou d’autres services similaires.

Pour autant, il n’en reste pas moins que pour le moment l’audience en France reste encore faible et que toutes les marques ou tous les secteurs ne sont pas égaux face à Pinterest. Si ça semble avoir beaucoup de sens pour Etsy ou des marques qui sont des annonceurs habituels des magazines féminins, ou dans une certaine mesure pour Whole Foods Market, j’y crois moins pour Easyjet ou des marques technologiques.

A suivre…