Browsing articles in "Evènements et Conférences"
Nov 20, 2015
Christophe Lauer

Quelques réflexions personnelles sur la journée Marketing Remix par Viuz

Marketing Remix by Viuz

J’ai eu la chance de participer à la journée Marketing Remix par Viuz hier, dont voici un très bon compte-rendu sur le site de Viuz ainsi que cet autre rédigé par Darwin Agency.

Comme vous pouvez vous en rendre compte à la lecture du compte-rendu précédent, c’était une journée très riche en intervenants et interventions, car les deux organisateurs (au passage, un grand bravo à Patrick Kervern et Andrès Menajovsky pour cette belle réussite) avaient privilégié des formats courts : 10 minutes pour les interventions, 20 minutes pour les tables rondes.

Je vous livre ici non pas un compte-rendu de la journée, mais quelques unes de mes réflexions, un peu pèle-mèle.

Hyperciblage et Adblockers

On démarre la journée avec un speech d’intro par Jean-Luc Chétrit, président de Carat France et de l’Udecam. Dans son speech – que j’ai bien aimé par ailleurs – il nous partageait une réflexion selon laquelle les adblocks seraient une réaction des internautes à l’hyperciblage de la publicité online.

J’aurais quand même tendance à penser que c’est au contraire la faute à ceux qui gèrent la pub online à l’ancienne, à coups de GRP et aussi au retargeting sans pitié, celui qui lance à votre poursuite des bannières pour ce robot mixer qui vont vous poursuivre partout pendant les deux prochaines semaines.

Pour moi, l’hyperciblage c’est justement le contraire, car ça permet de passer des messages opportuns voire utiles, et en contexte, et de gérer la pression marketing en cross-device. Je suppose que ça tient à l’idée qu’on met derrière hyperciblage : surpression et répétition pour les uns, vs. segmentation hyper fine pour les autres.

Le Programmatique était visiblement le thème en filigrane de cette journée, il fut donc aussi question de RTB et dans une moindre mesure de DMP. On a d’ailleurs eu plusieurs définitions du Programmatique, intéressant de comparer les points de vue des différents intervenants, en fonction d’où se situe l’activité de leur société sur la map Lumascape des acteurs du Display.

Constat partagé : la maturité sur les sujets DMP est assez inégale, mais globalement la maturité sur le sujet des DMP chez les annonceurs est encore relativement faible, en particulier par comparaison avec la maturité chez les éditeurs (publishers). D’ailleurs, j’avoue volontiers que j’ai parfois décroché sur des sujets avancés en fin de journée. Je comprends ce que sont le Forecasting et le Yield Management pour un publisher, mais en fin de journée, c’était un peu violent :)

Programmatique et Branding

Quote : “Le programmatique bien qu’ancré dans une logique de performance peut très bien s’adapter à des objectifs de branding.”

Donc continuons à dépenser pour campagnes de branding, et ne focalisons pas trop sur des campagnes à la perf. C’est une agence média qui nous le dit ;)

First things first

On aura toutes et tous remarqué l’intervention de Jérôme Sutter de Weekendesk, une intervention bien dans l’esprit startup et sans langue de bois : tour à tour, ce sont Facebook, Google et les agences qui en ont pris pour leur grade. En même temps, c’est un des seuls intervenants qui aura appliqué la règle “No bullsh_t” imposée par les deux organisateurs :)

En tous cas, son intervention était pleine de bon sens et de pragmatisme, en particulier le passage où il invitait l’audience à commencer par le commencement : “Commencez par distinguer les prospects et les clients (…)”. J’applaudis. On est loin des Use Cases hyper alambiqués que l’on reçoit parfois (souvent ?) dans les appels d’offres DMP, et qui sont tellement dans l’hyperciblage qu’ils n’auront vraisemblablement aucun impact sur les résultats business.

Pour rester sur le sujet des use cases DMP, il en est un qui a été mentionné au moins à trois reprises, et visiblement c’est le use case chouchou des utilisateurs DMP en ce moment : il s’agit d’appliquer des modélisations “look alike” sur la base de segments de clients à fort potentiel, afin d’opérer ensuite des campagnes d’acquisition. Effectivement, réaliser ceci avec une DMP telle que Adobe Audience Manager, c’est l’enfance de l’art. [Disclaimer : je travaille pour Adobe]

Donnée 1st Party, la mal aimée

Quote : “La 1st party data ne m’aide pas à travailler ma stratégie média”

Je finirais sur une réflexion d’un intervenant pour qui la donnée 1st party n’apporte pas de valeur pour la mise en place des campagnes média.

Les données 1st Party, ça recouvre tout de même une multitude de d’informations diverses : online (web et mobile) ; offline (CRM, tickets de caisse, programmes de fidé) ; prospect vs client ; durée et fréquence d’utilisation des apps mobiles, plus la géoloc ; visites online, par catégories, et en récence et fréquence ; etc.

On a déjà là de la matière ici pour réaliser des segmentations permettant de mettre en oeuvre des tactiques intéressantes : du reciblage d’abandonnistes, au ré-engagement de clients inactifs ou à l’upsell, en passant par des exclusions clients/prospects voire des exclusions en fonction d’activités récentes (inutile par exemple de dépenser du média pour adresser un message de branding à quelqu’un qui a visité votre site web dans les X derniers jours). Il y a déjà de quoi faire avec les données 1st party ! Surtout qu’elles sont gratuites (contrairement à la 3rd) et que ces données sont les vôtres, et qu’a priori vos concurrents n’y ont pas accès.

Au contraire, j’ai pour habitude d’insister sur l’importance et la valeur des données 1st – et dans une moindre mesure 2nd party – par rapport aux données 3rd party, dont on n’a pas de garanties sur la qualité (fraicheur, précision, modes de collecte ?) ; pour lesquelles il y a un coût associé, et surtout ce sont des données auxquelles vos concurrents directs ont également accès.

Au final, ce fût une journée riche, très riche en contenus, témoignages et intervenants – j’aime les formats d’interventions courts imposés par les organisateurs – et le sentiment d’être dans une industrie – les Ad-tech – qui évolue en permanence et très très rapidement. Que demander de plus ? :)

Voilà. C’est tout. Je vous avais prévenus que c’était quelques réflexions un peu en vrac…

Merci Viuz, merci Andrès et Patrick, et rendez-vous à la prochaine édition, ou bien à la Nuit des Rois !

Dec 19, 2013
Christophe Lauer

L’innovation Digitale dans le eCommerce et le Retail, vue par Ilan Benhaim de Vente-Privée

Ilan Benhaim, co-fondateur de Vente-Privee.com intervenait le 14 novembre dernier dans l’évènement Digital Marketing Journey organisé par Adobe. Vous pouvez retrouver un compte rendu complet ainsi que des interviews chez Fred Cavazza.

Les vidéos des principales interventions de la matinée ont été publiées par Adobe, et c’est le moment de rattraper si vous n’avez pas pu être présent.

Parmi les différentes interventions de la matinée, je retiens surtout celle de Vente-Privee.com, pour le pragmatisme sans langue de bois de Ilan Benhaim, bien au delà des banalités et du wishfull thinking qui ont généralement cours dans ce genre d’évènement.


L’innovation digitale – Ilan BENHAIM – Vente… par agenceAdelanto


Quelques notes en vrac (c’est bon aussi pour mon SEO :))

  • ° 2,5 millions de VU par jour pour Vente-Privee.com, c’est à peu près 30 fois la capacité du Stade de France. Impossible d’avoir une boutique physique supportant ce trafic
  • ° 100,000 colis expédiés par jour, 65 millions de produits vendus l’année passée
  • ° 2,5 millions de VU mais seulement 100,000 commandes, donc 2,4 millions de visiteurs qui n’achètent pas… Focus sur la conversion
  • ° Après 15 ans de e-commerce, ce domaine ne représente toujours que 5% du retail. La transformation digitale du retail n’est pas encore terminée
  • ° Aux Etats-Unis, en dehors de Amazon qui est le premier nettement en tête, il n’y a pas de pure player dans le Top 20 des e-commercants
  • ° La compétition n’est pas entre les petits et les gros, mais entre les rapides et les lents
  • ° Plus de 90% des clients qui convertissent consultent l’ensemble des photos et visuels proposés pour un produit
  • ° Le modèle de génération de trafic est fondé sur l’offre et la qualité de l’offre
  • ° Beaucoup de retailers consacrent 20% de leur chiffre d’affaires pour la génération de trafic, pour au final ne convertir que 1 à 2% des visiteurs. En général 70% du trafic est du paid trafic. Ca génère du chiffre mais pas de profitabilité.
  • ° Il faut arrêter d’accepter d’avoir seulement 1 ou 2% de taux de conversion et travailler principalement sur ce sujet
  • ° 600 personnes sur les 1800 employés de VP travaillent à la production de contenus (photos, etc) ce qui permet de maitriser la qualité de ces contenus et de créer la bonne expérience utilisateur. Ceci ne figurait pas dans le business plan initial
  • ° En 2013 : on doit avoir une approche marchande du digital, et non plus une approche technique. L’IT n’est plus le sujet ; il faut utiliser l’IT pour faire du cash

Si j’étais un retailer, je crois bien que je serais client chez Vente Privée Consulting

Mar 6, 2012
Christophe Lauer

DO’s and DON’Ts of Social Analytics – Conference material

This morning in Paris was our event “Social Media Analytics”, with our partners from comScore and Adobe.

Here is my presentation about the Do’s and Don’ts of Social Analytics. This is the director’s cut version, along with the comments. You can download the PDF version.

Enjoy!

Jan 25, 2012
Christophe Lauer

Evènement “Social Analytics pour les CMOs” le 6 mars au matin chez Valtech

Nous co-organisons chez Valtech le 6 mars au matin un évènement sur le sujet du “Social Analytics”, en collaboration avec nos confrères de comScore et de Adobe / Omniture.

Cette matinée est à destination des Directeurs Marketing, Responsables et Chefs de Projet Web Marketing ou Digital Marketing. Les présentations et démonstrations sont en Français et l’inscription est gratuite.

Le web social constitue le plus grand panel de consommateurs de la planète et les marketeurs s’efforcent de trouver comment en tirer parti. D’après une récente étude de comScore, un internaute passe en moyenne 5,6 heures* par mois sur les réseaux sociaux.

Dès lors, les entreprises souhaitent profiter efficacement de ce nouveau canal en plein essor pour créer et mesurer leur notoriété,  acquérir ou fidéliser leurs clients, développer leur activité, etc.

Cependant, dédier une part du budget marketing dans les médias sociaux mérite que l’on se pose les bonnes questions. Durant la matinée, nous nous attacherons à faire le point sur ce domaine, en l’illustrant par des démonstrations d’outils et le témoignage d’une marque de premier ordre ayant mis en oeuvre ces outils.

Nota : La capacité d’accueil est limitée par la configuration de la salle à 150 places, aussi si vous souhaitez y assister ne tardez pas à vous inscrire car on va selon toute vraisemblance atteindre le quota d’ici demain ou après demain.

Au plaisir de vous y rencontrer !

[Edit 20 Fév. 2012] Avec plus de 170 inscrits en moins d’une semaine, et 230 inscrits à ce jour, nous sommes “Sold Out”. Merci pour votre intérêt concernant cet évènement et rendez-vous le 6 mars au matin !

[Edit du 6 Mars 2012] Voilà, c’était ce matin. L’amphi pratiquement plein et un auditoire captivé jusqu’à 12h30 (captivé, pas captif :)). Vous pouvez consulter et télécharger le support de ma présentation “Les DO’s and DON’TS du Social Analytics” ici et depuis SlideShare.

Dec 6, 2011
Christophe Lauer

Gary Vaynerchuk sur les médias sociaux et la “thank you economy”

Voici un nouveau talk de Gary Vaynerchuk, le créateur de WineLibrary.TV, de Cork’d et auteur du livre “Crush it”, qui est intervenu plusieurs fois sur scène à LeWeb.

Cette fois et contrairement à son habitude, Gary fait un effort et évite de lâcher des “f-bombs” à chaque phrase, et du coup son speech est plus agréable à écouter. Ne vous en privez pas.

Dans ce keynote, il nous expose sa théorie de la “Thank You Economy”, qui est le sujet de son nouveau bouquin. Il y parle du ROI des médias sociaux, et comment selon lui il sera essentiel pour les business gros, moyens et petits d’utiliser les médias sociaux dans les années à venir.

Pour en savoir plus, il faut lire son bouquin. Dès que je me serai décidé entre prendre une version électronique pour Kindle, ou une version papier, j’irai sans doute le commander. Tout comme le précédent :)

Et si vous avez plus de 18 ans, et que vos oreilles sont à l’épreuve des f-bombs, vous pouvez écouter cet autre speech de Gary Vaynerchuk qui est plus dans le style habituel du personnage… (Lien YouTube direct) C’est… comment dire ? Plus vivant ! ;)

Sep 15, 2011
Christophe Lauer

Le nouveau bouton Facebook “Subscribe” et ce que ça nous dit sur la conférence f8 de la semaine prochaine…

Comme le remarquait très justement un de mes anciens collègues dernièrement dans un update sur son mur Facebook “Quand une boite se permet d’annoncer des features (subscribe, friends list, twitter update…) les 3 semaines précédant son plus gros event technique, ca veut dire qu’elle en a sous le pied !”. En effet, c’est d’ailleurs une réflexion que je me faisais ces derniers jours alors qu’on a vu apparaître tour à tour plusieurs nouvelles fonctionnalités et petites améliorations sur les fonctionnalités existantes.

Il n’a échappé à personne que Facebook à dernièrement dévoilé une somme de petits ajouts et nouveautés dont tout un chacun a pû comprendre que c’était en réaction au modèle des “Circles” du tout jeune Google+

On a tout d’abord vu apparaître les “Smart Friends lists” qui étaient d’ailleurs présentées sur le blog officiel comme de simples améliorations sur la fonctionnalités de Friends lists existantes. On notera d’ailleurs au passage que cette fonctionnalité de Friends list existait depuis le fin 2007 mais que peu d’utilisateurs en avaient perçu l’intérêt, jusqu’à la sortie de Google+ … ;)

Il faut tout de même reconnaître que d’une façon générale, l’utilisateur typique de Facebook veut juste ajouter des contacts et des amis – comme on le faisait avant dans MSN Messenger et dans Skype – sans trop se préoccuper de les catégoriser, et de partager des status et photos ensuite, sans se poser plus de questions que ça. Mais ce n’est pas le sujet de ce billet, je m’éloigne…

Nous avons donc ensuite vu apparaître un nouveau “player” pour les photos, sur un fond blanc et plus l’ancien à fond noir qui était tout de même assez mal fichu.

Et puis hier arrivait donc le nouveau bouton “Subscribe” qui permet – en résumé – de suivre les updates publiques des statuts des personnes avec qui on n’est pas déjà amis. En ça, c’est très comparable à l’usage du “Follow” de twitter qui ne suppose pas de relation bidirectionnelle ni l’approbation ou la permission de la personne suivie. Charge à elle ensuite de filtrer ses updates publiques et à diffusion restreinte.

A qui ce bouton “Subscribe” peut-il être utile ? Facebook nous donne très clairement la réponse : les “public figures” donc les personnalités connues, célébrités, et autres personnages publics.

Pour plus de détails sur ce nouveau bouton, vous pouvez consulter le billet sur le blog Presse-Citron.

Tout ça à quelques semaines de *LA* grosse conférence technique de l’année pour Facebook : la conférence f8 (prononcez “Fate”, pour ). Pour mémoire, c’est lors de la conférence f8 de l’an dernier que nous avons vu apparaitre le bouton Like en dehors des pages Facebook, le nouvelles APIs nommées Graph API et le (presque) incontournable protocole Open Graph.

En prenant un peu de recul et en contemplant le paysage, je ne peux m’empêcher de me dire que si Facebook dévoile les Smart Friends lists, le bouton Subscribe et ce genre de choses “inspirées” de Google+, c’est sans doute pour nous passer le message que faire la course aux fonctionnalités side by side avec Google+ ne les inquiète pas tant que ça. Cette façon détachée et presque désinvolte avec laquelle ces nouvelles fonctionnalités sont ouvertes semble nous dire “Ah ouais, ça vous plait ce que vous voyez dans G+ ? Ok alors tenez on vous propose ça, mais vraiment c’est sans obligation hein ;)”.

J’en reviens donc à la réflexion du début du billet : ils ont donc très certainement du lourd et du très très lourd à annoncer à f8 la semaine prochaine pour évacuer rapidement et sans plus s’y attarder les Subscribe et Smart Friends list.

A quoi peut-on s’attendre ? On trouve assez peu d’avis éclairés, même en cherchant bien. Pas de scoop, pas d’info ou de fuite d’insiders pour le moment.

Alors on entend parler d’une plateforme de musique en streaming et d’accords avec des spécialistes du domaine. On entend parler d’une nouvelle “gaming platform” basée sur HTML5… mais qui pourrait aussi bien être une nouvelle gaming platform générale et pas limitée aux mobiles et tablettes. Il ne vous aura pas échappé d’ailleurs que Rovo a produit une version WebGL (donc avec zéro Flash) de Angry Birds pour Google+, donc eux et les autres éditeurs principaux de jeux Facebook sont certainement prêts à produire des nouveaux titres sur les futures gaming platforms de Facebook et Google+.

Et puis quoi d’autre ? Des choses au niveau du stream d’info et des walls, mais ça reste nébuleux pour le moment.

Il faut bien se résoudre à la conclusion qu’on va encore devoir attendre quelques jours et que le keynote de f8 nous présente toutes les nouveautés. D’ici là, à part une poignée de partenaires proches et qui sont sous accord de confidentialité “NDA” avec Facebook, nous sommes certainement nombreux à être dans les starting blocks dans l’attente des nouveautés pour pouvoir imaginer des nouveaux dispositifs et des nouvelles utilisations de tout ceci pour nos clients et nos annonceurs.

Patience, la date du 22 septembre approche…

Pages:12»

A propos


A propos : Business Director chez Emakina.FR.
Ex-Adobe ; ex-Microsoftee.
Je vis entre Paris et New-York entre Paris et deux avions, et ceci est mon blog personnel.
"Opinions are mine. Best viewed with a brain. Yada yada ..."

More about me...